Invité d'Honneur

Maryse LOUIS - Aquarelliste française

 

Je suis d'origine vosgienne, mon enfance fût bercée par la musique et le dessin. Pour autant, je n'ai fait ma profession ni de l'un, ni de l'autre, j'avais d'autres projets !

Après des études d'éducatrice spécialisée, ma profession fut centrée sur les activités d'expression dont le dessin, la peinture, la création, auprès d'enfants en difficulté puis j'ai eu la responsabilité de l'internat... Les années passant, je suis devenue directrice d'un Foyer éducatif, puis d'un second, à Troyes, auxquels s'ajoutèrent des missions ponctuelles (chantiers extérieurs de détenus, recherche au Ministère de la Justice dans le cadre de la Protection Judiciaire de la Jeunesse...).

Ce n'est que depuis peu, avec le temps de la « retraite » que j'ai pu vraiment reprendre le dessin, puis j'ai découvert l'aquarelle en 2012.

Ma pratique : A l'origine, de belles rencontres, dont celle d'un photographe de grand talent, Jack Hurault, et du Parc des Félins de Nesles, qui m'ont amenée à passer de la plume et l'encre de Chine au pinceau et l'aquarelle.

Maryse-Louis-9.jpg

Les félins m'ont subjuguée, les peindre est un plaisir, une passion, une sorte d'osmose.

Autodidacte, je n'ai pas de « technique » particulière. J'ai fréquenté un atelier de « nu », 10 minutes par pose, cet apprentissage permet de progresser en dessin. Je choisis la photo qui me touche, me bouleverse, me fait « craquer », me donne « l'envie », et puis, je connais la plupart des félins, leur histoire ...Je dessine succinctement, marquant les repères afin d'éviter toute erreur anatomique. Tout est dans le regard ! Alors je commence par les yeux, l'iris, un bijou chez cet animal ; je dilue les couleurs, respectant les zones de blanc qui seront les reflets de lumière, je joue des possibilités de l'aquarelle pour le mélange des couleurs qui se fondent tout en se respectant... J'y ajoute les détails de l'oeil, complexes et riches avec un pinceau, souple mais nerveux, je dilue le tout très légèrement pour donner du relief et de la profondeur et je reprends par dessus finement encore les détails, les ombres et la pupille, le regard est là !

Il donne la vie, l'élan pour la suite qui sera réalisée peu à peu, de la même façon, en préservant les poils au drawing-gum et plume pour la finesse et la souplesse. La musique m'est indispensable, une musique enlevée, rapide, participe à l'élan du pinceau.

L'aquarelle et la réalisation des félins est avant tout un plaisir immense, un moment d'apaisement où le temps est suspendu, où l'animal prend forme et où je tente de lui donner vie peu à peu, à travers les émotions que je capte chez lui et que je tente de traduire ; si j'y parviens, c'est... magique !

Si l'aquarelle touche celui qui la regarde, et qu'il se laisse, à son tour, transporter par l'émotion, un autre but est atteint, l'étincelle est là ! Puisse-t-il être sensible au respect de leur vie, de leur survie...

Propulsé par PhotoDeck