Presse

 

Un événement autour de l’art animalier engagé 

 

Le constat 

« Quand l’homme n’aura plus de place pour la nature, peut-être la nature n’aura t-elle plus de place pour l’homme. » Stéfan Edgerg. 

L’immensité du vivant porte un nom : la biodiversité, à savoir le tissu vivant de notre planète, qui désigne l'ensemble des milieux naturels et des formes de vie ainsi que toutes les relations qui existent entre eux. La biodiversité est donc notre richesse ultime puisqu’elle est synonyme de vie sur Terre. L’humanité dépend en effet intrinsèquement de sa préservation puisque la qualité de notre air, de notre eau, de nos terres, et de tout ce qui nous nourrit résulte des services fournis par la nature. Mais ce n'est plus un secret pour personne : la biodiversité est en danger et les espèces disparaissent actuellement à un rythme alarmant. Il est donc urgent d'agir et de renouer avec cette source de vie pour la sauver. Une telle action peut s’exercer par le respect de l’animal, en étant sensible à son statut d’être vivant et à son habitat, en s’immergeant dans la biodiversité́ et en s’impliquant dans sa sauvegarde. Toutes les voies d’accès à ce noble objectif sont pertinentes car toutes se rejoignent avec cohérence. 

Les espèces animales et végétales sont une source d’inspiration, de fascination, de réflexion et de sérénité pour l’humanité, à laquelle ne restent pas insensibles les artistes. Dès lors, la préservation de ces espèces, de même que la conservation de l’intégrité écologique de leurs habitats, sont désormais aussi au centre de leurs préoccupations. 

 

L’art engagé 

L’art animalier accueille de plus en plus d’artistes engagés dans sauvegarde de l'environnement et des animaux. Cet art engagé, qui fait écho à l’actualité, s’est fortement développé au cours de ces dernières années. 

Loin des galeries huppées, confinant l’art à un milieu socialement privilégié, ces artistes engagés oeuvrent activement en faveur de la préservation de l'environnement et de la faune sauvage, que ce soit en mobilisant le public autour de l’action d’une association ou d’un programme, ou encore en insufflant dans leurs oeuvres une sensibilité telle que le public ne peut que se sentir touché voire interpellé. 

 

L’événement « Art Animal » 

Si de la pensée aux actes, il reste évidemment encore un long chemin à parcourir, sous la pression des défenseurs de la nature et des animaux mais aussi d’éminents experts qui mettent leurs 

connaissances au profit de la protection de la biodiversité, nous pouvons néanmoins espérer que des mesures d’amélioration voient le jour. Nous touchons en effet à deux notions clés qu’il importe de mettre en avant : à savoir, la connaissance et l’amour. Deux concepts que nous avons voulu réunir lors d’un événement unique. « L'esprit s'enrichit de ce qu'il reçoit, le coeur s'enrichit de ce qu'il donne », a dit Victor Hugo. Nous avons donc invité à participer à cet événement, d’une part, des spécialistes qui nous transmettront leurs connaissances et nous expliqueront les enjeux de la préservation de la biodiversité et, d’autre part, des artistes qui, par leur talent, leur créativité et les émotions présentes dans leurs oeuvres, interpelleront et sensibiliseront le public. 

Parce que sans art, il manque une dimension à l'expression, parce que les expériences sont enrichies par l'esthétique, parce qu'il n'existe rien de plus beau que l’expression de la vie sous toutes ses formes, parce que rien de tel qu’une oeuvre qui touche pour sensibiliser à une problématique, nous avons réuni une vingtaine d’artistes concernés par la préservation des espèces menacées et désireux de sensibiliser le grand public aux menaces qui pèsent sur les animaux et leur milieu de vie. 

 

Les conférenciers 

Lors de cet événement, des spécialistes transmettront leurs connaissances et expliqueront les enjeux de la préservation de la biodiversité. 

 

Les artistes 

Malgré les différences de leurs champs de travail, on retrouve parmi ces talentueux artistes de nombreux parallèles, dont la sensibilisation à la nature et à la biodiversité, la découverte des trésors de la nature sauvage, le désir de protéger les animaux et la nature... garants de notre futur. C'est sur ces bases qu’ils se sont associés pour nous permettre de créer ce projet. 

Tous s’engageront à reverser 10 % des oeuvres vendues lors de cette exposition à l’association Kalaweit. En outre, dix d’entre eux offriront également un pourcentage de la vente d’une oeuvre au profit d’une des associations de leur choix, représentée lors de l’exposition. 

 

L’association Kalaweit 

Créée en 1998 par le Français Chanee, l’association Kalaweit a pour mission la sauvegarde des gibbons et de leur habitat en Indonésie. Les gibbons sont des grands singes endémiques d’Asie du Sud-est extrêmement menacés à cause de la déforestation. Kalaweit participe à la protection de ces primates à Bornéo et Sumatra où la déforestation est la plus importante au monde. L’Indonésie est en effet un gros producteur d’huile de palme, ce qui entraîne la destruction massive des forêts et menace la biodiversité locale à court terme. 

L’association abrite plus de 300 animaux, tous issus du trafic de la faune sauvage et répartis dans ses deux sanctuaires de Bornéo et Sumatra. Elle possède deux réserves de forêt dont la taille augmente d'année en année grâce à l'acquisition permanentes de nouvelles parcelles. Elle emploie une cinquantaine de personnes en Indonésie : soigneurs, vétérinaires, gardes, équipes administrative, animateurs radios; et une personne en France. 

Kalaweit est le plus grand projet au monde de sauvegarde des gibbons. 

Lien du site: http://www.kalaweit.org 

Les 24 artistes qui participent à cette exposition se sont engagés à reverser 10 % de la vente de leurs oeuvres à l’association Kalaweit. 

Maryse Louis, aquarelliste et invitée d’honneur de cette exposition reversera à Kalaweit 50 % du prix de vente de l’aquarelle « OEil de tigre ». 

Catherine Aubecq reversera à Kalaweit 50 % du prix de vente de la peinture japonaise « Termima Kasih ». 

Marie-Jeanne Develer reversera Kalaweit 50 % du prix de vente de la sculpture en terre cuite patinée « First ». 

 

L’ONG Panthera 

Panthera est une ONG internationale à but non-lucratif d’origine américaine, qui a été créée en 2006 par le philanthrope Dr. Thomas Kaplan avec les Docteurs en science Alan Rabinowitz, Georges Schaller et Luke Hunter, trois éminents biologistes qui étudient et protègent les félins, depuis plus de 40 ans pour le plus âgé. L’organisation est présente dans plus de 50 pays et a pour but de protéger les félins en combinant la recherche scientifique avec la recherche et la mise en application de solutions techniques efficaces pour protéger au quotidien ces animaux sur une grande échelle (nationale et même internationale). L’organisation a créé et finance sept grands programmes pour protéger le tigre, le lion, le jaguar, le puma, le guépard, le léopard et la panthère des neiges. Panthera est en première ligne pour lutter contre le braconnage de ces animaux, prévenir les conflits avec les populations locales et réduire leur chasse légale non durable. Un grand volet de son action est préventif mais pour le tigre, qui est le plus menacé de tous, un fort travail de répression est réalisé sur le terrain afin que le statut protégé de l’espèce ne soit pas qu’une vaine décision académique. 

Alain Thimmesch, artiste et co-organisateur de l’événement, reversera à Panthera 50 % du prix de vente de la création artistique « Le fantôme du Sahara ». 

Fabien Pétillon reversera à Panthera 50 % du prix de vente de l’aquarelle « Lost Tranquillity ». 

Géraldine Duriaux reversera à Panthera 50 % du prix de vente de la sculpture en pâte de verre « Panthère des neiges ». 

 

L’association FERUS 

FERUS est la première association nationale de protection et de conservation de l'ours, du loup et du lynx en France. Elle a pour buts, en France, notamment dans les massifs frontaliers et en relation avec les pays européens voisins : 

• d’articuler et de coordonner toutes actions de recherche, de sensibilisation et d’éducation liées à la présence et à la réhabilitation du loup, de l’ours et du lynx, 

• de favoriser la réussite du retour naturel du loup là où les conditions sont favorables, 

• de favoriser le maintien et le renforcement des populations d’ours, 

• de favoriser le retour et le maintien des populations de lynx. 

De plus, FERUS milite pour la cohabitation prédateurs/pastoralisme qui est possible en France, comme dans de nombreux pays européens. La prise en compte des intérêts particuliers du pastoralisme et des intérêts généraux et collectifs de la préservation de la biodiversité sont le fondement de l’action de FERUS. 

Alain Thimmesch, artiste et co-organisateur de l’événement, reversera à FERUS 50 % du prix de vente de la création artistique « Regard Perçant », oeuvre dont l’épreuve N°1 a été acquise en 2016 par Monsieur Alain Delon. 

Lys Matisse reversera à FERUS 50 % du prix de vente du dessin “M” Le chat (reproduction imprimée sur Dibond Laminat Mat). 

Eve Oziol reversera à FERUS 10 % du prix de vente du pastel sec « Le charmeur ». 

Isabelle Dal-Pos reversera à FERUS 50 % du prix de vente de l’aquarelle « Le Trio ». 

Lionel Asselineau reversera à FERUS 50 % du prix de vente du pastel sec « L’empreinte ». 

 

Témoignages : 

Maryse Louis, aquarelliste, invitée d’honneur de l’exposition 

« Les félins dans les grands espaces, leur vie, leurs jeux, leurs amours, leurs regards m'ont séduite et fascinée. Leur fragilité, leur souffrance m'ont touchée profondément. Puis, d'autres animaux tout aussi vulnérables m'ont subjuguée. 

L'aquarelle permet la transparence, la légèreté, la délicatesse, la subtilité, la sensibilité... 

Je peins d'après photographies, notamment celles de Jack Hurault… Le portrait d’Edggie, chat Sacré de Birmanie, effigie de cette exposition, a quant à lui été réalisé d'après la photo d'Alain Thimmesch. 

Le choix du sujet est primordial, il me faut « craquer » devant lui. J'interprète l'émotion, les sentiments qui s'en dégagent et tente de les traduire et de les transmettre. 

Pas d'agressivité ni de drame, mais de l'optimisme par la tendresse, la douceur, l'espoir, la sérénité, la curiosité, l'espièglerie, le jeu... 

J'ai parfois l'impression d'être en osmose avec l'animal... J'espère ainsi créer l'émotion et le plaisir chez le spectateur. Créer l'étincelle !!! Et, au-delà, transmettre la volonté de respecter ces animaux, d'être sensible à leur vie, à leur survie, et, pourquoi pas, d'y contribuer... 

C’est pourquoi je soutiens ponctuellement l'association « Kalaweit » de Chanee et « SOS Félins », au Parc de Nesles en France. Je rejoins ainsi, modestement, leur combat contre la disparition de ces animaux. » 

 

Alain Thimmesch, artiste-photographe et co-organisateur de l’événement 

« La photographie s'est révélée à moi il y a quelques années, comme une évidence : celle de fixer une fraction d'instant, de beauté et d'authenticité. Les animaux nous offrent une multitude de moments d'émerveillement qui nous donnent l’envie de les immortaliser. 

La faune sauvage est d’une beauté interpellante, et personne ne peut rester insensible devant un tel spectacle. Mais j’estime qu’une photographie devient une oeuvre artistique lorsque la photographe s'approprie l'image et construit sa propre symbolique, sa narration personnelle de l’observation effectuée. 

Mon attirance pour le monde animal et la nature en général me pousse à saisir des moments et à créer des oeuvres digitales qui véhiculent le sentiment du lien profond qui unit l’homme à l’animal. J’estime en effet que c'est en reconnaissant la beauté, la force, l’intelligence et surtout l’importance des animaux dans ce monde que nous serons investis du sentiment de les préserver. Par mon travail, j’entends donc éveiller l'attention et la curiosité de tous sur les prodiges de la nature et de la faune sauvage. Plus que jamais conscient de l’urgence d’agir pour préserver la biodiversité, il m’importe de m’engager au travers de mon travail artistique et d’exposer mes oeuvres au profit d'organisations oeuvrant pour la sauvegarde de l'environnement et de la faune sauvage. 

Je m'engage donc régulièrement à titre personnel et aussi par le biais d’organisations et associations oeuvrant pour la préservation des espèces menacées et protégées comme les félins, le loup et d’autres animaux à l'échelle planétaire. » 

 

Propulsé par PhotoDeck